22/05/2022

Foot365.news

Le football européen- international en images et vidéos

argentine

2 min read

AFP- La Fifa a infligé amendes et matches à huis clos à une cinquantaine de fédérations, dont la France, l’Argentine et le Mexique, en raison d’incidents lors des qualifications du Mondial-2022, selon une liste publiée lundi.

Déjà annoncée fin septembre, la sanction la plus lourde est revenue à la Hongrie pour insultes racistes de ses supporters et diverses entorses à la sécurité (usage de fumigènes et blocage d’escaliers), soit deux rencontres à huis clos dont une avec sursis, un match à l’extérieur sans supporters, et un total de 281.000 francs suisses d’amende (266.000 euros).

Mais l’instance mondiale du football a également puni la France, bien plus légèrement, de 2.000 francs suisses d’amende (1.895 euros) parce qu’une proportion non précisée de spectateurs ne portait pas de masques lors du match nul à domicile début septembre contre la Bosnie-Herzégovine (1-1).

L’Argentine a de son côté écopé de 30.000 francs suisses d’amende (28.430 euros) et d’une rencontre avec une jauge « limitée », non chiffrée pour l’instant, en raison du « comportement discriminatoire » de supporters lorsque l’Albiceleste a reçu l’Uruguay.

Enfin, le Mexique devra s’acquitter de 100.000 francs suisses de pénalité (95.000 euros) et sera privé de public pendant deux rencontres, lui aussi sanctionné pour le « comportement discriminatoire » de supporters lors de la réception du Canada puis du Honduras en octobre.

2 min read

AFP – Les entraîneurs de l’équipe argentine U-20 Lionel Scaloni et Pablo Aimar feront une pige à la tête de l’Albiceleste, le successeur de Jorge Sampaoli n’ayant pas encore été nommé, a annoncé jeudi la fédération argentine de football. « Les matches amicaux qui se joueront d’ici la fin de l’année seront dirigés par Scaloni et Aimar. Nous cherchons un projet. Nous allons prendre le temps nécessaire pour bien choisir », a déclaré le président de l’Association du football argentin (AFA), Claudio Tapia.

L’Argentine doit jouer ses deux prochains matches aux États-Unis, contre le Guatemala le 7 septembre à Los Angeles et contre la Colombie le 11 à New York.

Pour octobre et novembre, les matches n’ont pas été confirmés.

L’AFA a démis de ses fonctions Jorge Sampaoli, ex-entraîneur de Séville, qui ne sera resté qu’un an sélectionneur. En rupture avec les joueurs et son propre staff, il paie aussi la contre-performance de l’Argentine lors du Mondial, qualifiée de justesse pour les huitièmes de finale, où elle a perdu contre la France (3-4).

Ni Scaloni, ancien joueur de Newell’s Old Boys et La Corogne, ni Aimar, ex-River et Valence, n’ont dirigé d’équipes professionnelles.

Scaloni et Aimar avaient été nommés en urgence voici trois semaines à la tête de l’Argentine U-20, après la démission des adjoints de Sampaoli, qui devaient en prendre la charge.

La paire d’entraîneurs reste à la tête de la sélection U-20, avec laquelle ils participent d’ailleurs actuellement à un tournoi en Espagne.

4 min read

AFP – Un match d’anthologie illuminé par un jeune de 19 ans! L’équipe de France s’est qualifiée pour les quarts de finale du Mondial-2018 en battant l’Argentine 4-3, et Kylian Mbappé a battu Lionel Messi avec un doublé qui fera date, samedi à Kazan.C’est dans la capitale du Tatarstan que les Bleus avaient débuté leur Coupe du monde, petitement contre l’Australie (2-1), et c’est là qu’ils sont entrés en grand samedi dans la compétition. Et même en majesté, puisqu’ils ont obtenu rien moins que le scalp de Messi.

Ils s’étaient traînés en phase de poules, et les voici au rendez-vous du quart, vendredi prochain à Nijni Novgorod, face au vainqueur du match Uruguay-Portugal disputé en soirée.

Ce n’est pas encore le dernier carré, objectif officiel des vice-champions d’Europe, mais enfin, ils ont fait une énorme impression en sortant les vice-champions du monde emmenés par un Messi peu en verve, bien bloqué par le dispositif défensif ficelé par Didier Deschamps. Qui fêtait royalement son record de 80 matches à la tête de l’équipe de France.

– C’est parti mon « Kyky » –

Son équipe tient sans doute son match référence, à la faveur d’une grosse démonstration de caractère, dans un stade acquis à la cause de l’Argentine et vrombissant de chants comme à Buenos Aires. Les Bleus ont été capables de renverser un renversement, quand menant 1-0 ils furent ensuite menés 2-1 avec des buts au pire moment, autour de la pause (Di Maria 41e et Mercado 48e), et capables en sus de tenir leur avantage dans d’ultimes minutes irrespirables, avec un but de Sergio Agüero à la clef (90e+3).

Lire aussi : La France bat l’argentine 4-3 – vidéo

Et ils ont même offert à leurs supporters un moment digne d’entrer dans la mémoire collective, la volée de Benjamin Pavard: le joueur de Stuttgart égalisait sur une demi-volée de l’extérieur du droit (57e), sur un centre de son alter ego Lucas Hernandez. Et lui, parfois moqué en « Jeff Tuche », qui disait qu’il signerait volontiers pour une carrière à la Lilian Thuram…

Mais globalement, merci qui ? Merci « Kyky », décisif sur trois buts français. Sur le premier il s’élançait depuis son camp dans une folle chevauchée balle au pied jusqu’à la surface, où il était déséquilibré par Marcos Rojo, carton jaune et penalty, transformé par Antoine Griezmann (13e). Il avait déjà obtenu un coup franc expédié par « Grizou » sur la barre (9e).

Et c’est le jeune Parisien qui se chargeait de tuer le match avec un doublé express: d’abord en éliminant deux joueurs dans la surface dense (64e), puis plein de sang froid après une délicieuse petite passe d’Olivier Giroud (68e).

– Messi décisif mais pas assez –

Mbappé a pris la relève d’un Griezmann pas encore à son meilleur niveau, malgré son deuxième but dans la compétition – mais un deuxième penalty, fêté par sa célébration de jeu vidéo. Rien de grave: le meilleur joueur de l’Euro-2016 a encore (au moins) un quart de finale pour redevenir rugissant.

Certes, l’Albiceleste s’était qualifiée de justesse au Mondial puis en 8e de finale, percluse de problèmes défensifs, avec un sélectionneur, Jorge Sampaoli, qui semblait dépassé par ses joueurs. Mais elle s’est battue comme une bête blessée, malgré Messi.

Dès son premier ballon, il était séché par Blaise Matuidi (3e). Le ton était donné, et la « Puce » n’a pu détoner. Le quintuple Ballon d’Or « peut décider du sort du match », avait prévenu Lloris. Et le mythe vivant a délivré deux passes décisives, mais n’a pu remporter le match à lui tout seul – et les inévitables comparaisons avec le Diego Maradona de 1986 de refleurir.

Et le buteur hors norme, après quatre finales perdues (trois Copas America, un Mondial), vivait peut-être à 31 ans sa dernière chance de glaner un titre international.

 vidéo : Résumé  France 4 – Argentine 3 – Images : Beinsports

2 min read

La France a battu  l’Argentine 4/3 ( 1 à 1 à la pause)  après un penalty d’Antoine Griezmann et un but d’Angel Di Maria, en 8e de finale du Mondial-2018 samedi à Kazan. C’est Kylian Mbappé qui a obtenu le penalty, suite à une faute de Marcos Rojo, complétement dépassé par la vitesse  de pointe de  Mbappé,  Griezmann qui a touché la transversale à la 8′ n’a pas tremblé pour  réussir son pénalty (13e minute). A la 48′ Marcado ajoute un deuxième but pour l’Argentine. Pavard égalise pour les bleus sur une très belle reprise des 25m et Mbappé donne l’avantage à la france à la 64′ : Mbappé récupère le cuir, crochète Fazio et décoche une frappe du gauche que ne parvient pas à stopper Armani ! 3-2 pour les Bleus .

68′ : Sur une superbe action initiée par Kanté, Griezmann dévie  pour Matuidi qui transmet rapidement pour Giroud, qui lance Mbappé sur orbite qui trompe Armani :  4-2 pour la France, Aguero réduit la marque à la 90+3′, mais les carottes étaient cuites, l’argentine n’a rien montré pour mériter d’aller  son quart de finale,  l’équipe d’Argentine a évolué plus de 75′ sans véritable avant centre,  du jamais vu à ce stade de la compétition, prochain adversaire de la France l’Uruguay de Suarez ou le Portugal de Cristiano.  algerie.football

 vidéo : Résumé  France 4 – Argentine 3 – Images : Beinsports

 

foot365.news

4 min read

AFP – « On va affronter un grand adversaire, une grande sélection, invaincue en phase de groupes. Mais nous savons que nous sommes une sélection importante », a prévenu le milieu argentin Giovani Lo Celso jeudi, à deux jours du huitième de finale du Mondial-2018 contre la France samedi à Sotchi.

Cette fois, pas de président de la fédération (AFA) ou de patron du vestiaire (Javier Mascherano et Lucas Biglia) face à la presse, comme ce fut le cas avant le match crucial contre le Nigeria. Jeudi, l’Argentine avait envoyé deux « coiffeurs », le meneur parisien Lo Celso et le défenseur romain Fabrizio Fazio, 0 minute de jeu à eux deux en Russie, pour faire face aux questions des médias à deux jours du huitième contre les Bleus.

Pas titulaires, et pas non plus très loquaces, les deux hommes se sont voulus prudents, mais confiants. « Nous avons nos armes et nous pensons que cela va être un grand match », a ainsi déclaré Lo Celso.

« Avec les joueurs qu’ils ont, s’ils ont de l’espace, la France peut vous mettre en danger », a expliqué le Parisien, interrogé sur son coéquipier Kylian Mbappé. « De manière générale, cette équipe est très bien, unie, il n’y a pas que Mbappé. Mais s’ils ont beaucoup de qualités, ils ont aussi des défauts et c’est à nous d’en profiter ».

D’où vient ce regain de confiance, moins d’une semaine après l’humiliation contre la Croatie (3-0), les rumeurs de fronde dans le vestiaire et l’appel à l’union sacrée du président de l’AFA Claudio Tapia? De la victoire à l’arrachée contre le Nigeria (2-1) bien sûr, acquise avec notamment un but de Messi et qui a dopé le moral des troupes.

– « Avec la confiance » –

« La France a de très grands joueurs, on a du respect mais on se sent très bien », a expliqué Fazio. « Je crois que depuis la victoire contre le Nigeria, on se sent bien plus renforcé et confiant ».

« Nous savons que nous avons une très grande sélection, avec de très grands joueurs, et avec la confiance, nous sommes une grande équipe », a encore dit le géant romain. « Il faut en profiter ».

« Le climat du groupe a toujours été bon, avec beaucoup d’unité et d’espoir », affirme Lo Celso. « Après le match contre le Nigeria, il y a eu une joie énorme parce que nous avons beaucoup souffert. Cela a été un grand soulagement. C’est essentiel que le groupe reste très uni comme il l’a été jusqu’à présent, parce qu’avancer ensemble est plus facile ».

Est-ce qu' »avancer ensemble » inclut le sélectionneur Jorge Sampaoli? Rapidement après la déroute contre la Croatie, des rumeurs faisant état de joueurs souhaitant le débarquement immédiat de ‘Sampa’ ont percé d’un peu partout. S’il a été conforté par Tapia, le sélectionneur a ensuite été filmé demandant à Messi son assentiment avant de faire un changement, contre le Nigeria.

Il devrait en tout cas faire confiance aux mêmes joueurs que ceux qui ont qualifié l’Argentine en huitièmes, face aux Bleus, selon un assistant de la sélection.

Ce qui donnerait le gardien Franco Armani dans les buts au détriment de Willy Caballero, une ligne de quatre défenseurs Gabriel Mercado, Nicolás Otamendi, Marcos Rojo et Nicolás Tagliafico. Un milieu à trois Javier Mascherano, Éver Banega et Enzo Pérez, même si ce dernier ne s’est pas entraîné jeudi en raison d’un pépin à la hanche. Et une ligne d’attaque avec le Parisien Angel Di María, le Juventino Gonzalo Higuaín et bien sûr le capitaine Lionel Messi.

4 min read

AFP – L’Argentine, vice-championne du monde en titre, s’est qualifiée de justesse pour les 8e de finale du Mondial-2018, grâce notamment à un but de Lionel Messi, et affrontera la France, tandis que la Croatie sera opposée au Danemark. Il y a Lionel Messi et les autres: l’Argentine, peu inspirée à part son héros, s’est tout de même qualifiée pour les huitièmes de finale du Mondial-2018, grâce à sa victoire sur le fil contre le Nigeria (2-1), mardi à Saint-Pétersbourg.

Elle y affrontera un adversaire d’un tout autre calibre que les Super Eagles: ce sera la France.

Dans ce festival d’ouvertures manquées, de passes ratées et d’approximations en tous genres, il aura suffi d’une passe plus précise que les autres, la classe d’un quintuple Ballon d’or et la reprise réussie d’un défenseur pour sauver l’Argentine.

Deux buts, deux îlots de justesse technique dans un océan de n’importe quoi ou presque.

D’abord, Banega réussit une longue ouverture par-dessus la défense nigériane, Messi contrôle, Messi accélère, Messi croise sa frappe pour battre Uzoho (1-0; 14). Sublime.

La « Pulga » se jette au sol, les bras en l’air, exultant après tant de frustrations, de crispations et de déchets.

Pas forcément impliqué sur toutes les actions, parfois en retrait, ou en marchant, Messi a tout de même sauvé l’Argentine.

Il aurait même pu la délivrer après la 34e minute, quand Di Maria, parti en contre, était bousculé près de la surface par Balogun. Mais le coup franc du Barcelonais, une judicieuse frappe enroulée fuyante, est venu s’écraser sur le poteau !

C’est finalement le défenseur central Rojo qui le fera, trompant Uzoho à la 86e minute (2-1), réussissant enfin le geste technique que ses attaquants s’étaient acharnés à manquer.

Et dire que ce fut le meilleur match de l’Argentine lors la Coupe du monde ! Pire, de l’ère Jorge Sampaoli, contesté entre choix tactiques largement incompris et rumeurs insistantes de fractures avec les cadres du vestiaires.

Après le match nul contre l’Islande, l’humiliation contre la Croatie, l’Albiceleste a encore bafouillé son football.

La victoire et la qualification seront-elles suffisantes pour éloigner un peu l’ambiance de fin de règne qui s’est installée chez les Argentins?

Le Nigeria, battu 2-1 par l’Albiceleste, a frôlé la qualification mais termine finalement troisième du groupe D, alors que l’Islande, vaincue 2-1 par les Croates, prend la dernière place.

Le choc France – Argentine ouvrira samedi à Kazan (16h00 françaises) le bal des huitièmes de finale du Mondial-2018, alors que la Croatie affrontera le Danemark dimanche (20h00) à Nijni Novgorod.

Les autres affiches seront déterminées mercredi et jeudi, à l’issue des derniers matches des poules E, F, G et H.

Programme des 8e de finale

Samedi 30 juin

(16h00) – France – Argentine à Kazan

(20h00) – Uruguay – Portugal à Sotchi

Dimanche 1er juillet

(16h00): Espagne – Russie à Moscou

(20h00): Croatie – Danemark à Nijni Novgorod

Lundi 2 juillet

(16h00): 1er groupe E – 2e groupe F

(20h00): 1er groupe G – 2e groupe H

Mardi 3 juillet

(16h00): 1er groupe F – 2e groupe E

(20h00): 1er groupe H – 2e groupe G

2 min read

AFP – Réaction immédiate, ou sortie par la toute petite porte… L’Argentine et sa star Lionel Messi, qui vient de fêter ses 31 ans dans la morosité, doivent impérativement battre le Nigeria mardi, pour espérer se qualifier pour les 8es du Mondial-2018.

Lionel Messi et l’Albiceleste, finalistes en 2014, n’ont plus leur destin en main dans le groupe D, après la catastrophique défaite (3-0) contre la Croatie. Par chance, les autres résultats leur ont été favorables, et la qualification reste à portée de main: ils doivent vaincre le Nigeria, et espérer que l’Islande ne batte pas la Croatie, déjà qualifiée. Même une courte victoire des Islandais pourrait suffire aux Argentins pour passer en cas de large succès contre les Nigérians.

Les Nigerians peaufinent les réglages au stade de Saint-Pétersbourg, le 25 juin 2018 avant le match contre l’Argentine
Mais au regard du niveau de jeu des hommes de Jorge Sampaoli jusqu’à présent, c’est plutôt une sortie dans la honte que le pays redoute. « Nous avons une seule demande à faire aux supporters de la sélection, nous leur demandons de soutenir ce groupe, ce staff technique et ce rêve », prie le président de la fédération Claudio Tapia. « Ce rêve », Messi le caresse depuis 2006 et son premier Mondial. Douze ans plus tard, après cinq petits buts et une histoire mitigée, la Pulga vit sans doute ses dernières minutes en Coupe du monde. A lui de s’offrir quelques heures de plus.

2 min read

AFP – Attention sensation: l’Argentine de Lionel Messi, finaliste en 2014, est au bord de l’élimination du Mondial-2018. Humiliée jeudi par la Croatie (3-0), la Croatie était bien menée par Modric, et qui s’est qualifiée pour les huitièmes de finale, elle n’a plus son destin en mains avant son dernier match de la phase de groupes, le 26 juin contre le Nigeria.

Même Diego Maradona se ronge les ongles. La star argentine, en tribunes à Nijni Novgorod, a assisté impuissant à la défaite surprise de son pays, plombé par une relance gag de son peu souverain gardien Willy Caballero, immédiatement sanctionnée par un but magnifique d’Ante Rebic (53e).

A dix minutes du terme, Luka Modric a douché l’Albiceleste d’un autre but splendide, de loin (80e), avant qu’Ivan Rakitic n’ajoute à l’humiliation dans le temps additionnel, à bout portant (90+1).

Les Croates, déjà vainqueurs 2-0 face au Nigeria, se qualifient ainsi pour les huitièmes de finale. Quant aux Argentins, ils vont désormais devoir suivre de près les résultats de l’Islande, qui les a tenus en échec pour leurs débuts (1-1) et qui affronte vendredi le Nigeria. Une victoire islandaise compliquerait singulièrement l’affaire de Messi et compagnie…

Vidéo : Argentine 0 – Craotie 3 , images : Beinsports 

1 min read

L’Argentine et l’Islande ont fait match nul   1-1 pour ce premier match du groupe D. Lionel Messi a même raté un penalty obtenu par l’argentine en deuxième période, son rendement était juste moyen. Lionel Messi a tenté 11 tirs face à l’Islande, tout le monde attendait la réaction de Messi, après le triplé de Cristiano Ronaldo face à l’Espagne.

Dans le groupe C, où évolue la France ( qui a battu l’Australie 2/1) , le Danemark a bien débuté face au Perou, en remportant son premier match sur le score de 1-0, et c’est le Perou qui aurait pu ouvrir la marque par l’intermédiaire de Cueva en fin de première période.

 Vidéo des buts des matchs : Argentine – Islande et Danemark – Perou , images : Beinsports 

www.foot365.news

5 min read

AFP – Son Barça a déçu en Ligue des champions et sa sélection argentine ne ressemble pas à grand chose. Pourtant Lionel Messi, qui va sur ses 31 ans (le 24 juin), n’aura plus beaucoup d’opportunités de gagner la Coupe du Monde: en Russie, c’est sans doute maintenant ou jamais.

. La der pour Messi?

Difficile en effet d’imaginer le feu-follet pousser jusqu’au Mondial-2022, organisé par le Qatar. Il aura alors 35 ans, un âge où les appuis sont moins vifs et les accélérations moins tranchantes.

Les planètes sont toutefois tout sauf alignées pour que le Rosarino puisse songer à voix haute à un titre le 15 juillet.

De par son vivier, son histoire, l’Argentine est régulièrement annoncée parmi les favoris, aux côtés du Brésil ou du champion sortant allemand. Mais dans les faits, l’Argentine est dans le flou avant d’affronter l’Islande samedi, la Croatie le 21 et le Nigeria le 26.

 La faute notamment à une campagne qualificative longtemps pathétique jusqu’à un exploit de Messi en Equateur (triplé synonyme de qualification) et une préparation tronquée. Les Argentins n’ont en effet disputé qu’un amical face à une faible équipe d’Haïti, la seule autre rencontre ayant été annulée au terme d’une polémique monstre.

. Polémique et blessures

Devant opposer la sélection Albiceleste à Israël, le match, prévu à Jérusalem, a été annulé à la suite de dénonciations, par des Palestiniens, d’une opération politique aux dépens de leur revendication sur Jérusalem-Est, dont ils veulent faire la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

« Je suis convaincu que l’équipe s’est préparée de belle manière », a plaidé le gardien Nahuel Guzmán, lors d’un point-presse mercredi à Bronnitsy, au camp de base de l’Argentine situé à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Moscou. « Je crois que nous avons fait un travail physique très exigeant, on a pu avoir une base physique et nous avons pu travailler le collectif en défense, et en attaque ».

Il y a eu aussi la grave blessure de Manuel Lanzini, milieu de West Ham, à l’entraînement vendredi, qui a amené à son remplacement par Enzo Perez (River Plate). Et aussi les critiques visant le sélectionneur Jorge Sampaoli, de la part du gardien Sergio Romero, déçu de ne pas avoir été appelé.

Et comment ne pas parler des accusations d’agression sexuelle de la part d’une cuisinière, salariée de la Fédération argentine de football, visant Sampaoli. « Il est prouvé que ces accusations sont infondées », a assuré le président de la Fédération (AFA) Claudio Tapia sur la chaîne TyC Sports, mais cela n’a pas contribué à un climat apaisé autour de la sélection.

. CR7 passe devant?

Cela fait beaucoup à compenser pour Messi, qui lui-même sort d’une saison mi figue, mi raisin avec son club de Barcelone.

Il a gagné une nouvelle Liga, c’est vrai, et terminé meilleur buteur du championnat comme la saison précédente. Mais le grand rival Cristiano Ronaldo a pendant ce temps-là remporté une nouvelle Ligue des champions, la troisième consécutive et la 5e de sa carrière déjà, contre quatre pour Messi.

Pendant que le Barca se faisait éliminer par la modeste AS Rome en quarts de finale, le Portugais a ainsi pris une petite option pour un 6e Ballon d’Or… Qui, avec ceux de 2008, 2013, 2014, 2016, 2017, lui en ferait un de plus que l’Argentin (2009, 2010, 2011, 2012, 2015).

. « Comment nous allons finir »

Surtout, Messi n’a jamais totalement surpassé les critiques sur son niveau en sélection. Il reste sur trois finales atteintes, certes, mais perdues, en Coupe du Monde 2014 (face à l’Allemagne) puis en Copa America 2015 et 2016 (les deux fois contre le Chili).

« Nous venons de perdre trois finales consécutives, cela nous a fait vivre des moments difficiles avec la presse », avait exposé l’Argentin dans une interview au quotidien espagnol Sport dimanche. « Notamment avec la presse argentine parce qu’on a des divergences d’opinion sur ce que ça représente de faire ces trois finales ».

De quoi poser la question de la suite de sa carrière internationale: « Cela dépend de ce jusqu’où nous allons aller, de comment nous allons finir » lors du Mondial-2018. Il est en tout cas « très impliqué » et « très concerné », selon Guzman et l’autre gardien argentin, Willy Caballero. Et sans doute conscient qu’il joue sa dernière carte en Russie.