Paris SG 5 – Montpellier 0 , Montpellier n’a pas tenu face à la machine parisienne, vidéo

Partagez avec vos amis

AFP – Le Paris SG a fait parler la poudre avec une performance aboutie de Pablo Sarabia, samedi à domicile face à Montpellier (5-0), rapidement réduit à dix et contraint de faire jouer son troisième gardien, avant de terminer à neuf.

Les déplacements à Paris sont déjà difficiles pour n’importe quelle équipe. Ils peuvent parfois même se transformer en calvaire, comme l’équipe de Michel Der Zakarian en a fait l’amère expérience pour cette 22e journée de Ligue 1.

Venus dans la capitale sans Geronimo Rulli, leur gardien suspendu, les Héraultais avaient confié les clés de leur défense à l’international Espoirs Dimitry Bertaud. Las, le gardien de 21 ans s’est rendu coupable très tôt d’une faute de main en dehors de sa surface (17e) devant Kylian Mbappé.

Son exclusion a permis à Matis Carvalho de faire son baptême du feu en Ligue 1. Pas un cadeau pour le jeune homme, professionnel depuis cet été…

Dans ces conditions, Paris n’a pas eu à forcer son talent, malgré la cascade d’absences qui avait décimé sa défense.

Thomas Tuchel devait en effet bâtir une armure sans Juan Bernat (mollet), Marquinhos (ischios-jambiers), Thiago Silva (aine) et Colin Dagba (genou), blessé mercredi à Pau et absent jusqu’à début mars. Mais son effectif, maintenu intact durant le mercato d’hiver, a de la ressource.

L’entraîneur allemand a choisi d’aligner une défense centrale rajeunie avec Tanguy Kouassi et Presnel Kimpembe, désigné capitaine, et d’installer sur les côtés Thomas Meunier et Layvin Kurzawa, resté à Paris malgré des contacts très poussés avec la Juventus Turin.

– Cavani et Icardi remplaçants –

Néanmoins, c’est la composition des lignes offensives qui était la plus attendue. Tuchel allait-il maintenir sa confiance à Mauro Icardi, incapable de marquer lors des cinq derniers matches? Ou allait-il relancer Edinson Cavani, bridé dans ses envies de départ?

Ni l’un, ni l’autre! Les deux attaquants ont pris place sur le banc des remplaçants, d’où ils ont pu apprécier le show Neymar, entre gestes techniques soyeux et facéties capillaires (cheveux teintés en rose).

Si le Brésilien, laissé au repos cette semaine en Coupe de France, a assuré le spectacle, c’est surtout Pablo Sarabia qui a crevé l’écran en début de rencontre.

Placé dans l’axe de l’attaque, l’ailier espagnol a fait trembler les filets d’entrée sur un service de Kylian Mbappé, mais ce dernier était hors-jeu (4e). Qu’importe, le gaucher a récidivé juste après d’une splendide frappe enroulée, du pied droit et de l’extérieur de la surface (8e).

Déjà buteur à Pau mercredi en Coupe de France, l’international de 27 ans empile les buts depuis son arrivée à Paris l’été dernier en provenance du Séville FC. Son compteur en affiche dix, toutes compétitions confondues.

Formé au Real Madrid, le milieu offensif de petit gabarit (1,78 m) s’est fait aussi une spécialité des passes décisives. Il l’a démontré encore samedi sur le but du 2-0, envoyant Angel Di Maria réaliser sa “spéciale”, un petit piquet au-dessus du gardien adverse (41e).

Monpellier, quatrième au coup d’envoi, n’a jamais pu se relever de cette entame catastrophique. Malheureux, les Pailladins ont bu la tasse avant la pause sur un improbable but contre son camp de Daniel Congré (45e).

En seconde période, il n’y a pas eu de miracle pour les visiteurs, abattus par des nouveaux buts de Mbappé (57e) et Kurzawa (65e).

Tuchel a profité de la situation pour faire souffler Marco Verratti, Sarabia et Mbappé, sortis à près de vingt minutes du coup de sifflet final. Visiblement, ce choix n’a pas du tout plu au jeune champion du monde qui, visage fermé, a eu une vive explication avec son entraîneur en sortant du terrain.

Le coaching du technicien allemand, à moins de trois semaines du déplacement à Dortmund en Ligue des champions, a néanmoins permis au Parc des princes de revoir à l’oœvre son chouchou, Cavani, ovationné à son entrée en jeu.

Désireux de rejoindre l’Atlético cet hiver, le meilleur buteur de l’histoire du PSG a pu constater que sa cote de popularité n’avait pas bougé d’un iota à Paris. Un lot de consolation pour le “Matador”.

Vidéo : Paris SG 5 – Montpellier 0 – images : Canal +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *