C’est la reprise de la compétition en Espagne, en Italie et en Angleterre

Partagez avec vos amis

AFP – Après l’Allemagne, le football est sur le point de redémarrer en Espagne, en Italie et en Angleterre. Mais face au rythme soutenu des matches, qui vont s’enchaîner pour terminer la saison à temps, la question des blessures suscite l’inquiétude.

Après trois mois d’interruption, la Liga, la Serie A et la Premier League n’ont eu qu’une poignée de semaines d’entraînements collectifs avec contact pour se remettre en condition avant un long tunnel d’une dizaine de matches environ en un peu plus de six semaines.

“Nous nous attendons à davantage de blessures à ce moment-là”, a averti mardi, Paul Catterson, le médecin de Newcastle.

“Les joueurs ont couru sur des tapis roulants et ont fait des exercices en intérieur pendant huit semaines, donc cette transition (vers la compétition) est une sollicitation différente pour les organismes”, a-t-il ajouté.

Un choc d’autant plus grand que les conditions d’entraînement ont été fortement entravées par les mesures de lutte contre l’épidémie de Covid-19.

“Des joueurs ont demandé des bains glacés après l’entraînement (pour la récupération, ndlr) et pour le moment ils ne peuvent pas en avoir”, a déploré le Dr Catterson.

L’attaquant français de Chelsea, Olivier Giroud, a également regretté de n’avoir “que 15 minutes de soins à la fin de l’entraînement”. “Si je pouvais avoir davantage de soins et de traitements pour prendre soin de mon corps, ce serait mieux” a-t-il confié.

Cette crainte des blessures est partagée ailleurs en Europe.

“Ce risque a augmenté, pas seulement en raison du temps que l’on a passé sans jouer, mais aussi à cause de cette période bizarre que nous avons traversée”, a commenté fin mai le défenseur central colombien de l’Espanyol Barcelone, Bernardo Espinosa.

– Lourd tribut –

Et les premiers pépins physiques ont déjà été recensés. L’Atlético Madrid a trois joueurs sur le flanc, dont son diamant portugais Joao Felix, arrivé l’été dernier de Benfica pour la somme record de 126 M EUR et touché au genou gauche.

En Espagne comme en Italie, on craint aussi les effets de la chaleur estivale sur les organismes.

La Serie A, qui rejouera du 20 juin au 2 août, au moment où les températures sont les plus élevées dans la Péninsule, a programmé l’essentiel des rencontres en soirée. Seule une poignée de matches se joueront à 17h30, presque tous dans le nord du pays.

Mais là aussi, le tribut a déjà été lourd, avec au moins 12 blessures musculaires ou articulaires recensées depuis la reprise. Après Zlatan Ibrahimovic, touché au mollet et encore indisponible jusqu’à la mi-juin au moins, ces dernières heures ce sont Gonzalo Higuain à la Juve, Sergej Milinkovic-Savic à la Lazio et Papu Gomez à l’Atalanta qui ont rejoint l’infirmerie.

Un constat qui a amené certains, comme Pierpaolo Marino, le directeur sportif de l’Udinese, à parler de cette reprise à marche forcée comme d’une “roulette russe”.

– Bilan à l’automne –

Pourtant, le seul grand championnat à avoir déjà repris, la Bundesliga, tire un bilan mesuré.

“Le nombre de blessures, notamment musculaires, n’a pas augmenté depuis la reprise”, affirmait jeudi, après quatre journées complètes, Kicker, le magazine de référence du football allemand.

La mise en place des cinq remplacements par match et par équipe, au lieu de trois en temps “normal”, rapidement adoptée par les techniciens allemands, semble avoir amorti le choc, s’accorde-t-on à dire.

Lors de la dernière journée, 13 équipes sur 18 ont utilisé leurs cinq remplaçants.

“Les cinq changements sont une excellente décision. S’il y en avait six, je serais même d’accord”, a même dit l’entraîneur d’Augsbourg, Heiko Herrlich.

À plus long terme se posera toutefois aussi la question de l’enchaînement avec la saison suivante, après une trêve forcément réduite.

En France, où la Ligue 1 a décidé d’annuler la fin de saison – une décision encore contestée devant le Conseil d’État -, on garde un œil circonspect.

“Il faut attendre encore un peu pour voir si c’est une bonne décision ou non (…) Physiquement, à l’automne, pour les joueurs qui ont repris aussi rapidement, en jouant des matches aussi fréquents, je ne suis pas certain que ce soit la meilleure solution”, a déclaré à RTL le nouveau président de Rennes, Nicolas Holveck.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *