05/07/2022

Foot365.news

Le football européen- international en images et vidéos

Ligue des nations

1 min read

Finaliste de la dernière édition de la Ligue des Nations, les Pays-Bas ont battu la Pologne sur un petit score de (1-0), vendredi soir.

C’est sur une ouverture de Frenkie De Jong qu’Hateboer a pu servir Steven Bergwijn, lequel n’avais plus qu’à pousser le ballon dans une cage vide pour igner son premier but en dix sélections (61e).  Les Oranjes profitent du match nul entre l’Italie et la Bosnie-Herzégovine pour s’emparer des commandes du Groupe A. Foot365.news

Vidéo : Le but des Pays-Bas face à la pologne – images : L’équipe TV 

4 min read

AFP – L’équipe de France a déjà la tête à l’Euro-2020, mais elle aura un oeil mardi sur Amsterdam pour le tirage au sort de la seconde édition de la Ligue des nations, qui accouchera à coup sûr de duels ultra relevés à l’automne.

France, Allemagne et Portugal: c’est la composition du groupe F de l’Euro en juin, une poule de tous les dangers qui promet du spectacle. Cela pourrait aussi être celle d’un groupe de Ligue des nations, tournoi de l’UEFA ayant remplacé depuis 2018 des fenêtres de matches amicaux souvent décevantes dans leur intensité.

Après le succès de l’édition inaugurale, remportée à domicile par le Portugal de Cristiano Ronaldo au printemps 2019, l’événement est reconduit dans un format presque identique.

Cinquante-cinq nations, toujours réparties en quatre « Ligues », des divisions de niveau proche. Dans chaque Ligue, plusieurs groupes, dont les équipes s’affrontent en matches aller-retour entre septembre et novembre. Le dernier de chaque groupe est relégué dans la division inférieure pour la prochaine édition, les premiers sont promus dans l’échelon supérieur. Sauf pour les vainqueurs de groupe de première division: ceux-ci se disputeront le trophée lors d’une phase finale prévue en juin 2021.

– Tirage relevé assuré –

Tous les regards sont évidemment tournés vers la Ligue A, celle des favoris, avec forcément des duels prometteurs à venir.

Didier Deschamps, présent mardi dans la capitale néerlandaise, saura peu après 18h30 quels adversaires ses Bleus retrouveront à l’automne, après avoir défié lors de la première édition l’Allemagne et les Pays-Bas, avec une deuxième place obtenue derrière la sélection « Oranje ».

Ils pourraient d’ailleurs retrouver ces deux mêmes adversaires, car les Allemands, initialement relégués en deuxième division, ont finalement été maintenus en Ligue A, l’UEFA ayant augmenté le nombre d’équipes présentes dans cette division de prestige.

Le Portugal, les Pays-Bas, la Suisse et l’Angleterre, les « finalistes » de la première édition, sont têtes de série, tandis que la France figure dans le chapeau 2 aux côtés de la Belgique, de l’Espagne et de l’Italie.

ires seront ainsi repêchées puis reversées dans les barrages de la zone Europe.

Mais le calibre des oppositions en ont fait un événement joué à fond par les équipes, malgré les réticences de certains entraîneurs de club espérant voir leurs joueurs ménagés.

La « Nationalmannschaft » fait figure d’épouvantail avec les vices-champions du monde croates dans le chapeau N.4, qui paraît plus redoutable que le N.3, composé de l’Ukraine, de la Bosnie, du Danemark et de la Suède. Quid de l’enjeu ? En 2020, la Ligue des nations met en place un système de repêchage en vue du Mondial-2022: deux nations non-qualifiées via les traditionnels éliminatoires.

« Jouer l’Allemagne, les Pays-Bas avec un enjeu, psychologiquement pour les joueurs, c’est une bonne chose », avait par exemple applaudi Deschamps fin 2018. « Le groupe a envie d’aller chercher d’autres choses, d’avoir d’autres objectifs et là, on en a un ».

Pas sûr toutefois que les champions du monde se projettent si loin. Car avant cela, il y a un Euro à jouer.

2 min read

AFP – Le Portugal s’offre aussi la « petite » coupe d’Europe! Après l’Euro-2016, les Portugais ont décroché dimanche le deuxième trophée de leur histoire en inaugurant le palmarès de la Ligue des nations aux dépens des Pays-Bas, battus en finale sur un missile de Gonçalo Guedes (1-0).

Dans l’ombre de sa star Cristiano Ronaldo, la « Selecçao » aime les héros inattendus: trois ans après l’improbable but d’Eder en finale contre la France (1-0 a.p.), c’est cette fois l’inconstant Guedes qui, d’un tir puissant mal détourné par le gardien (60e), a guidé la « Selecçao » vers un sacre en forme de confirmation, dimanche au stade du Dragon à Porto.

De quoi valider la mainmise portugaise sur le football européen, à un an de l’Euro-2020 dans douze villes du continent. De quoi aussi faire un sort au traumatisme de la finale à domicile perdue contre la Grèce (1-0) il y a quinze ans à l’Euro-2004…

Ce trophée inédit est certes honorifique, loin du prestige d’un Euro ou d’une Coupe du monde. Mais il complète joliment la collection de Ronaldo, qui a signé une finale toute en abnégation après son triplé en demies contre la Suisse (3-1) et peut-être marqué des points en vue du Ballon d’Or en fin d’année.

Surtout, cette Ligue des nations est la preuve tangible que la nouvelle génération du Portugal a des arguments pour défendre sa couronne l’an prochain à l’Euro: l’équipe du sélectionneur Fernando Santos a étouffé avec maîtrise la jeune garde néerlandaise et son virevoltant jeu de passes, qu’on espère revoir plus à maturité dans un an.

Vidéo : Finale ligue des nations : Portugal 1 – Pays-Bas 0 : images TFX 

 

1 min read

AFP – L’Angleterre et les Pays-Bas ont été contraints de disputer la prolongation pour se départager jeudi en demi-finale de la Ligue des nations à Guimaraes, au terme des 90 premières minutes achevées sur un score de parité de 1-1.

Au stade Afonso-Henriques, les « Trois Lions » ont cru faire la différence sur un penalty provoqué par le prometteur défenseur Matthijs de Ligt et transformé par Marcus Rashford (32e). Mais De Ligt s’est brillamment rattrapé d’une tête piquée sur corner (73e), avant que le but du 2-1 ne soit refusé à l’Anglais Jesse Lingard pour hors-jeu après recours à l’arbitrage vidéo (83e).

Vidéo : Les 2 buts de CR7 face à la Suisse et le résumé de Angleterre – Pays Bas – images : TFX et W9

4 min read

AFP – Cristiano Ronaldo revient en héros! Avec un triplé dont deux buts en deux minutes, l’attaquant a expédié le Portugal en finale de la Ligue des nations lors d’une demi-finale contre la Suisse (3-1) marquée mercredi par un long flottement lié à l’arbitrage vidéo (VAR).

Revenu en sélection au printemps après quelques mois sabbatiques, « CR7 » a marqué sous le maillot national pour la première fois depuis près d’un an: d’un coup franc splendide (25e), d’une reprise salvatrice au ras du poteau (88e) et d’une frappe enroulée (90e) quelques secondes plus tard au stade du Dragon de Porto (nord du Portugal).

De quoi chasser toute polémique après l’égalisation suisse, signée Ricardo Rodriguez (57e s.p.) dans la confusion la plus totale: alors que l’arbitre venait de siffler un penalty pour le Portugal, un visionnage des images en bord de terrain lui a fait considérer qu’il y avait eu une faute préalable dans l’autre surface, et donc penalty pour la Suisse.

Cela restera comme une péripétie pour les champions d’Europe portugais, qui brigueront dimanche en finale un trophée honorifique mais riche d’enseignements à un an de l’Euro-2020 organisé dans douze villes d’Europe. Ce sera face à l’Angleterre ou face aux Pays-Bas, qui s’affrontent jeudi à Guimaraes.

– Grande classe –

A Porto, dans un stade du Dragon à guichets fermés, le public portugais n’avait d’yeux que pour Ronaldo, l’icône, quintuple Ballon d’Or, meilleur buteur de l’histoire de la sélection.

Et si son retour en mars a tourné court, avec une blessure et une disette sans marquer en sélection qui s’est étirée près d’un an, « CR7 » a cette fois retrouvé avec bonheur le maillot portugais… en dépit de nouveaux déboires extra-sportifs mercredi après l’annonce du maintien de la plainte pour viol déposée contre lui aux Etats-Unis.

A Porto, sa première frappe n’était pas cadrée (12e). Mais ensuite, Ronaldo a décanté le match avec maîtrise d’un coup franc flottant dans le petit filet opposé (25e) sous les vivats du public. Ce but a lancé sa soirée avec de nombreux gestes techniques de grande classe (33e, 36e, 45e)…

Evidemment, la Suisse n’a pas démérité (3e, 18e). Et si la reprise instantanée d’Haris Seferovic a trouvé le haut de la transversale (42e), le Portugal semblait maître de son affaire… jusqu’à la très brouillonne 53e minute.

Dans la surface portugaise, le milieu suisse Steven Zuber s’écroule alors, victime d’un léger contact avec Nelson Semedo.

– Confusion –

L’expérimenté arbitre allemand Felix Brych laisse l’action se poursuivre, tout en écoutant à l’oreillette son assistant vidéo qui revisionne les images. A l’autre bout du terrain, c’est Bernardo Silva qui s’effondre dans l’autre surface, sur un tacle beaucoup plus net.

Cette fois, l’arbitre siffle sans hésiter penalty pour le Portugal… mais il part visionner les images de la première action et accorde finalement le penalty aux Suisses! Ricardo Rodriguez transforme en force et dans la confusion (57e).

Cette égalisation a complètement coupé l’élan portugais, de même que la sortie sur blessure du défenseur Pepe (63e).

Mais Ronaldo répond toujours présent: il a libéré le stade d’une frappe rasante (88e). Puis, alors que la Suisse se demandait encore comment elle avait pu laisser échapper la prolongation, l’attaquant de la Juve a enfoncé le clou en trouvant le petit filet opposé (90e).

Avec ses 86e, 87e et 88e buts lors de sa 157e sélection, Ronaldo conforte son statut de meilleur buteur de l’histoire des équipes nationales en Europe… à 21 longueurs du record mondial de l’Iranien Ali Daei (109 unités).

Et puisque la course au Ballon d’Or est plus ouverte que jamais cette année, qui sait si le trophée argenté de la Ligue des nations ne fera pas pencher la balance dans son camp ?

0
Partager

4 min read

AFP – Les « Oranje » sont de retour ! Après quatre ans de malheur, les Pays-Bas se sont qualifiés lundi au bout d’un match invraisemblable pour les demi-finales du Final Four de la Ligue des nations au détriment de la France, en arrachant un nul 2-2 à l’Allemagne à Gelsenkirchen.

Menés 2-0 à cinq minutes de la fin du temps réglementaire, les Néerlandais ont marqué deux fois coup sur coup par Quincy Promes (85e) et par leur capitaine Virgil van Dijk dans le temps additionnel (90+1).

L’Allemagne avait pourtant bien commencé, en marquant deux fois dans les 20 premières minutes, par Timo Werner (9e) et Leroy Sané (20e).

Au classement final, les Pays-Bas comptent 7 points comme les Français, mais devancent les Bleus sur l’ensemble de leurs deux rencontres (2-1 à l’aller pour la France, 2-0 au retour pour les Pays-Bas).

Les « Oranje » joueront donc le tournoi final de cette nouvelle compétition en juin au Portugal, avec le Portugal, l’Angleterre et la Suisse. Didier Deschamps et ses hommes les regarderont à la télévision.

L’Allemagne, elle, paye la réticence de son sélectionneur Joachim Löw à renouveler les cadres en septembre et octobre, et termine dernière du groupe avec 2 points. Elle jouera la prochaine Ligue des nations dans le groupe B.

Cette jeune équipe néerlandaise mise en place depuis quelques mois par le sélectionneur Ronald Koeman recueille les fruits de son audace et de son enthousiasme, mais aussi de sa patience. Car elle a été malmenée, lundi soir, par une Allemagne rajeunie et orgueilleuse, qui voulait terminer par un résultat positif la pire année de son histoire.

– « Montrer notre caractère » –

Koeman s’attendait à une soirée difficile: « Je pense que le match contre l’Allemagne sera plus difficile que celui contre la France pour nous, parce que la France est une équipe qui attend, alors que l’Allemagne est une équipe qui attaque », avait-il prédit.

« Mais nous allons devoir montrer notre caractère, entrer dans le match avec l’idée de le gagner. Je ne pense pas que nous devrons défendre, nous devrons jouer notre jeu, c’est-à-dire attaquer », avait-il dit.

Koeman avait fait confiance au groupe vainqueur des champions du monde 2-0 trois jours plus tôt, en reconduisant neuf des onze joueurs. Seuls changements: Tete remplaçait Dumfries en défense et Promes prenait la place de Bergwijn en attaque.

Ce sont pourtant les jeunes Allemands qui ont attaqué pendant 85 minutes, obligeant les « Koeman’s boys » à défendre.


Les hommes de Joachim Löw, après leurs deux buts, ont continué à faire le jeu, et ont eu après la pause plusieurs fois l’occasion de tuer le match, par Werner (46e et 62e), qui a échoué de peu à inscrire un doublé, Sané (72e) ou Schulz (81e).

Pendant ce temps, les Néerlandais ne parvenaient pas à trouver la faille, et il leur a fallu attendre la 78e minute pour se créer leur première véritable occasion: un slalom spectaculaire de Memphis Depay dans la défense allemande, et un tir en angle qui obligeait Neuer à sa première parade.

Puis ce fut le miracle des cinq dernières minutes. Promes d’abord, puis le capitaine courageux van Dijk, qui faisaient exploser de joie le carré des supporters « Oranje » venus nombreux à Gelsenkirchen, située à moins d’une heure de la frontière entre les deux pays.

Cette jeune et talentueuse équipe néerlandaise continue donc sa route. La Ligue des nations n’est pas encore une compétition majeure, mais Depay et ses copains de Jong, Babel et autre de Ligt ont pris rendez-vous pour l’avenir.

Vidéo : Allemagne 2 – Pays Bas 2

1 min read

Les Pays-Bas se payent le luxe de battre les champions du monde français vendredi à Rotterdam (2-0), n’ont plus besoin, pour accéder aux phases finales de la Ligue des nations, que d’un match nul lundi contre l’Allemagne, désormais officiellement reléguée en deuxième division.

Le Maroc a dominé le Cameroun 2/0 sur un doublé de Karim Ziyech, et composte presque son billet pour la phase finale de la CAN 2019, que le Maroc risque d’accueillir , si la CAF retire l’organisation au Cameroun qui connait un retard considérable dans la construction des futurs infrastructures qui doivent accueillir cette CAN.

 Enfin le Brésil a battu l’Uruguay 1/0 , but de Neymar sur penalty, le match s’est joué à l’Emirates Stadium à Londres, le match a connu une petite altercation entre les 2 stars du PSG, Neymar et Cavani . foot365.news

Vidéo : Maroc 2- Cameroun 0 , Brésil 1 – Uruguay 0 , et Pays  Bas – 2 – France 0 , images : Beinsports et TF1

1 min read

AFP – Les champions du monde français ont renversé leurs prédécesseurs: un doublé d’Antoine Griezmann a offert aux Bleus un succès symbolique 2-1 contre une Allemagne en plein doute, qui les rapproche de la phase finale de la Ligue des Nations, mardi au Stade de France.

Les Bleus, sauvés d’abord par la tête du joueur de l’Atlético (62e), puis délivrés sur un penalty provoqué par Blaise Matuidi (80e) après l’ouverture du score de Tony Kroos (14e s.p.), font un grand pas vers le « Final Four » de cette nouvelle compétition, tandis que la Mannschaft et son sélectionneur Joachim Löw sont proches d’une catastrophique relégation en deuxième division.

Vidéo : France 2 – Allemagne 2 – images : TF1

 

5 min read

Un choc de champions du monde: les Bleus affrontent mardi (20h45) au Stade de France des Allemands en grande souffrance, l’occasion de « réaffirmer » leur statut face à leurs prédécesseurs et d’enfoncer le clou en Ligue des Nations, cinq jours après leur raté contre l’Islande (2-2).

Didier Deschamps devrait aligner quasiment tous les finalistes du Mondial, à l’exception du défenseur central Samuel Umtiti (blessé à un genou). L’intérim sera très certainement assuré par le Parisien Presnel Kimpembe, malgré sa prestation très décevante jeudi contre les Islandais, en amical à Guingamp.

L’enjeu pour les Bleus ? Prendre de l’avance en tête du groupe 1 avant le déplacement à Rotterdam mi-novembre pour défier les Pays-Bas, leur dauphin au classement et donc principal adversaire dans la course à la phase finale de Ligue des Nations prévue en juin.

Mardi, ils rencontreront une équipe d’Allemagne au plus mal. Les hommes de Joachim Löw, sèchement battus par les Néerlandais (3-0) le week-end dernier, n’ont pas digéré leur piteuse élimination au premier tour du Mondial, quatre ans après leur sacre au Brésil.


– « Jouer de manière audacieuse » –

« Nous voulons jouer de manière audacieuse contre les champions du monde », car de toute façon « on n’a rien à perdre », a dit lundi le sélectionneur de la Mannschaft, promettant des changements tactiques et de joueurs mardi.

Le tacticien allemand, dans la tourmente après une cinquième défaite cette année, sera privé de son roc défensif Jerome Boateng, blessé à un mollet lors de la débâcle d’Amsterdam.

A l’aller, pour leur premier match en tant que champions du monde, les Français n’ont pas réussi à s’imposer à Munich (0-0). Ils auraient même pu connaître leur première défaite depuis mars 2018 sans une prestation majuscule d’Alphonse Areola, titulaire en l’absence des deux gardiens habituels Hugo Lloris et Steve Mandanda.


« On n’avait pas eu beaucoup de vacances, on n’était pas au top physiquement. Là, on est tous au top, on est revenus à notre meilleur niveau (et on jouera) devant notre public, avec le soutien de tous les Français », a assuré dimanche Lucas Hernandez, le défenseur français de l’Atlético Madrid.

La dernière rencontre des Bleus en Ligue des Nations s’est soldée par une courte victoire à domicile contre les Pays-Bas (2-1) sur un dernier but d’Olivier Giroud, devenu à cette occasion le quatrième meilleur buteur de l’équipe de France (32 buts) devant Zinédine Zidane (31 buts).

– Un classique « jamais simple » –

Pour battre les Allemands, même diminués, il faudra en tout cas rendre une copie plus sérieuse que face à l’Islande, où les entrées de Kylian Mbappé et du petit nouveau Tanguy Ndombélé ont permis d’arracher un match nul in extremis.

Didier Deschamps, 50 ans ce lundi, se méfie en tout cas de l’équipe d’Allemagne, bête blessée qui voudra réagir.


« Je ne m’attends pas à une équipe d’Allemagne demain démobilisée, bien au contraire », a déclaré le sélectionneur lundi, jour de son 50e anniversaire, rappelant par ailleurs qu’un France-Allemagne, classique du football européen, « n’est jamais simple » à disputer.

Ce choc sera « une occasion de réaffirmer notre statut de champion du monde », a souligné N’Golo Kanté, l’infatigable milieu des Bleus resté sur le banc des remplaçants la semaine passée en Bretagne.

Car Deschamps, champion du monde 1998 en tant que joueur, a eu beau répéter qu’il ne fallait « pas s’endormir » après le sacre de Moscou, le message n’a peut-être pas été assimilé par tous.


« C’est dur quand vous touchez le septième ciel » de rester tout en haut, « mais quand on est professionnel on se doit de se remettre en question pour chaque représentation », témoigne auprès de l’AFP Alain Boghossian, champion du monde il y a 20 ans. « Vous êtes devenu l’équipe à battre, il faut savoir élever son niveau et conserver un taux d’exigence énorme », ajoute-t-il.

Au-delà de l’enjeu sportif, ce France-Allemagne au Stade de France mardi réveillera le douloureux souvenir du 13 novembre 2015, quand la vague d’attentats terroristes avait frappé Paris et Saint-Denis, faisant un total de 130 morts, dont un aux abords du stade.

1 min read

Espagne – Angleterre c’était le match phare de cette journée de ligue des nations, la roja a été piégée par la bande à Gareth Southgate, puisque les anglais ont mené 3/0 à la mi-temps,  les buteurs ont été : R. Sterling 16′ ,38′ M. Rashford 29′ pour les anglais, et
Paco Alcacer 58′ S. Ramos 90’+7 ont réduit la marque pour l’espagne, cette défaite était inattendue pour une équipe qui a battu la craotie 6/0 il y a juste un mois.  foot365.news

Vidéo : Espagne 2 – Angleterre 3 – images TVE

 

3 min read

AFP – « Une soirée terrifiante ! » Après la déroute 3-0 samedi contre les Pays-Bas, le grand quotidien de Munich Süddeutsche Zeitung résume dimanche l’état d’esprit en Allemagne, où la presse s’attend à ce que le débat sur le maintien de Joachim Löw comme sélectionneur reparte de plus belle.

« Depuis la débâcle du Mondial, rien ne va mieux », se désespère l’hebdomadaire Focus sur son site en ligne: « 2018 restera définitivement comme l’année de la débâcle du football allemand (…) Le débat va être relancé ».

« L’Allemagne prend l’eau contre les Pays-Bas », constate le quotidien TZ en ligne: « Le débat sur le maintien en poste de Joachim Löw va reprendre de la vigueur. Le sélectionneur le sait ».

Après l’élimination au premier tour du Mondial en Russie, Löw a été confirmé à son poste, mais l’on attendait de lui un redressement rapide. Ses choix sont désormais ouvertement contestés et Bild, le quotidien le plus lu d’Allemagne, lui attribue dimanche matin la note de 6, la plus mauvaise note de l’échelle allemande, équivalent du zéro.

« L’ossature de Löw des champions du monde 2014 est-elle encore la clé du succès ? » s’interroge Bild: « Dans le onze de départ on trouvait Neuer, Hummels, Boateng, Kroos et Müller, cinq titulaires du titre mondial. Löw avait dit avant le match: +J’ai confiance en ces joueurs+ ».

« Pas d’audace novatrice, pas d’idée de jeu, pas d’efficacité devant le but. Il titularise l’attaquant de Schalke Uth, zéro but cette saison, et laisse les feux-follets Brandt et Sané sur la touche », accuse Bild.

« Les problèmes de l’équipe ne tiennent pas seulement à l’attaque (incapable de marquer), mais aussi à l’animation défensive et à la construction du jeu », renchérit la Süddeutsche Zeitung.

La Abendzeitung, autre quotidien de Munich, note aussi que la mauvaise phase que traverse le Bayern se ressent en équipe nationale, où 5 joueurs du club étaient titulaires: « On a bien vu le désarroi des stars du Bayern. Seul Joshua Kimmich a convaincu aux Pays-Bas, Jérôme Boateng était dans un jour totalement sans ».

1 min read

AFP – L’Allemagne et son sélectionneur Joachim Löw sont sous pression après leur lourde défaite 3 à 0 à Amsterdam, face aux Pays-Bas, samedi soir, qui les place au dernier rang du groupe 1 de Ligue des nations avant d’affronter les champions du monde français, mardi.

Tenue en échec à domicile par la France (0-0), l’Allemagne compte un seul point contre quatre aux Français et trois aux Pays-Bas. Le dernier du groupe 1 de la Ligue A sera relégué en Ligue B la saison prochaine. Les buts néerlandais ont été marqués par Virgil Van Dijk (30e), Memphis Depay (86e) et Georginio Wijnaldum (90e+3).

Bidéo : Pays Bas 3 – Allemagne 0 – images W9

 

3 min read

AFP -L’Espagne, en pleine reconstruction après un Mondial raté (élimination en 8es), a confirmé que son retour au premier plan pourrait vite arriver en humiliant la Croatie vice-championne du monde (6-0), signant mardi son second succès en deux matches de Ligue des nations.

La Belgique surfe elle toujours sur sa troisième place en Russie: les Diables Rouges ont imité la Roja en s’adjugeant la victoire pour leur entrée dans la compétition, en Islande (3-0) dans le groupe 2 de la Ligue A. Romelu Lukaku et Eden Hazard, buteurs, sont toujours dans le rythme.

Dans leur groupe 4, les Espagnols avaient la lourde tâche de défier à trois jours d’intervalle l’Angleterre puis la Croatie, respectivement demi-finaliste et finaliste du Mondial. Pas simple.

Mais les hommes de Luis Enrique, vainqueurs chez les Anglais samedi (2-1), ont facilement maîtrisé les Croates à Elche, grâce notamment à de jolis buts signés Saul Niguez (24) et Marco Asensio (33). Ce dernier, qui a ouvert son compteur avec la Roja, aurait même mérité un doublé à la 35e minute, mais sa frappe magistrale a été propulsée dans le but contre son camp par le gardien croate Lovre Kalinic après avoir touché la barre. Le Madrilène s’est consolé avec trois passes décisives en seconde période, sur les buts de Rodrigo (49), Sergio Ramos (57) et Isco (70).


Luka Modric, meilleur joueur du Mondial et l’un des favoris au Ballon d’or, a été inexistant, comme rarement cette saison… Le manque de rythme après de courtes vacances, et l’absence de quelques cadres dont celle, majeure, de Mario Mandzukic en pointe – l’attaquant a pris sa retraite internationale – ont miné l’équipe de Zlatko Dalic.

Vidéo : Espagne 6 – Croatie 0 – images : Beinsports

Les résultats de mardi

Ligue A

2e journée/Groupe 2:

REYKJAVIK

Islande – Belgique 0-3

2e journée/Groupe 4:

ELCHE

Espagne – Croatie 6-0

Ligue B

2e journée/Groupe 3

ZENICA

Bosnie-Herzégovine – Autriche 1-0

Ligue C

2e journée/Groupe 2

TURKU

Finlande – Estonie 1-0

BUDAPEST

Hongrie – Grèce 2-1

Ligue D

2e journée/Groupe 2

CHISINAU

Moldavie – Bélarus 0-0

SERRAVALLE

Saint Marin – Luxembourg 0-3

4 min read

AFP – En l’absence de sa star Cristiano Ronaldo, le Portugal a défait l’Italie (1-0) sur un but d’André Silva pour son premier match en Ligue des nations et pris par la même occasion la tête de son groupe, lundi à Lisbonne.

Pour cette rencontre, le sélectionneur portugais Fernando Santos avait choisi d’aligner le même onze que face à la Croatie quelques jours plus tôt en amical (1-1), rangeant une nouvelle fois au placard son 4-4-2 inamovible avec capitaine « CR7 » pour un 4-3-3 axé sur la possession.

Roberto Mancini lui a répondu avec un 4-4-2 remanié, laissant sur le banc l’expérimentée charnière centrale de la Juventus de Turin des trentenaires Chiellini-Bonucci pour un tandem milanais Caldara-Romagnoli, bien plus jeune.

Après une domination stérile, le Portugal a appuyé sur l’accélérateur à l’approche de la demi-heure de jeu. Bernardo Silva a d’abord vu sa frappe au point de penalty sauvée sur sa ligne par Jorginho (27).

Puis un centre de Mario Rui a été dévié sur la barre par Cristante (32), évitant de peu le but contre son camp, le jeune portier Gianluigi Donnarummma (19 ans) étant complètement battu.

Dépassés, les Italiens ont commis beaucoup de fautes en première période et s’en sont bien sortis quand l’arbitre a décidé de ne pas sanctionner une obstruction de Criscito sur Pizzi dans la surface(35).

Dans la foulée, une lourde frappe de William Carvalho juste à côté a rappelé aux champions d’Europe que sans la formidable capacité à marquer de Cristiano Ronaldo, leur réalisme en prenait un coup.

– André Silva concrétise –

Il a fallu attendre le retour des vestiaires pour voir les Lusitaniens enfin concrétiser leur domination.

Bruma, très brouillon jusque-là, a chipé un ballon dans les pieds italiens et accéléré sur le couloir gauche. L’attaquant de Leipzig a ensuite servi André Silva sur un plateau qui a ouvert son pied gauche pour loger le ballon dans le petit filet opposé de Donnarumma (48).

Prêté cette saison au FC Séville en provenance de l’AC Milan, le jeune avant-centre gagne clairement en confiance.

L’ouverture du score n’a pas interrompu le siège du but de la Squadra azzurra mais ni Bernardo Silva (55), ni Pizzi ne sont parvenus à conclure.

Les hommes de Fernando Santos ont laissé le ballon aux Transalpins pour les dernières minutes, souhaitant préserver leur avantage, mais l’attaque italienne n’a pas fait le poids et ni Zaza, ni Berardi, ni Belotti n’ont véritablement inquiété la défense lusitanienne.

Pour ne rien arranger, l’Italie est tombée sur un Pepe une nouvelle fois impeccable, le stoppeur du Besiktas a d’ailleurs reçu les applaudissements des quelque 50.000 spectateurs de l’Estadio de la Luz avant la rencontre pour célébrer sa 100e sélection contre la Croatie.

Seule une tête de Zaza au-dessus sur corner (78) a fait passer un léger frisson dans les tribunes portugaises… très maigre pour une équipe qui possède quatre Coupe du monde à son palmarès.

Vidéo : Ligue des nations , Portugal 1 – Italie 0 

4 min read

AFP – Antoine Griezmann et Raphaël Varane ont beau jouer en Liga, beaucoup d’Espagnols espèrent voir Luka Modric décrocher le Ballon d’Or. Une revanche éclatante pour le Croate, jadis mal-aimé au Real Madrid et qui affronte son pays d’accueil mardi en Ligue des nations (20h45).

Vu l’intérêt sportif tout relatif de ce match à Elche (sud-est), l’ovation réservée à Modric sera un bon baromètre de sa popularité à l’international dans la course au titre de meilleur joueur du monde, également convoité par Griezmann ou Varane.

« Balon de oro, +Lukita+ Balon de Oro », a scandé début septembre le stade Santiago-Bernabeu sur l’air de « Guantanamera ». La chanson était connue mais les paroles, jadis dédiées à Cristiano Ronaldo, sont désormais vouées au Croate après le départ du Portugais à la Juventus Turin.

Aux yeux d’une bonne partie de l’opinion espagnole, Modric (33 ans) a d’excellents arguments pour prétendre au trophée de meilleur joueur du monde: une quatrième Ligue des champions conquise avec le Real en mai, la troisième d’affilée, puis un Mondial spectaculaire en juillet, achevé sur une défaite en finale face à la France (4-2).

« C’était véritablement la plus belle année de ma carrière, collectivement et individuellement, et je savoure », a dit le Croate, sacré meilleur joueur de la saison par l’UEFA fin août.

– Pire transfert de l’année 2012 –

« Et maintenant, cap sur le Ballon d’Or! », a écrit à son intention Sergio Ramos, capitaine du Real et de l’Espagne, que Modric défie mardi avec la Croatie.

En attendant l’attribution du prestigieux prix en décembre, « Lukita » prétend le 24 septembre au trophée Fifa de l’année aux côtés de Ronaldo et Mohamed Salah. Et un sondage en ligne du quotidien sportif madrilène As, avec 42.000 participants, l’a désigné favori de cette récompense avec 82% des voix.

Evidemment, le fait que le Real Madrid soit le club le plus aimé d’Espagne biaise la consultation… Mais son équipier merengue Varane, seul joueur à avoir gagné Mondial et C1 cette saison, ne bénéficie pas de la même aura que le petit milieu croate.

Est-ce bien le même joueur qui, en 2012, avait été élu pire transfert de l’année par les internautes du journal madrilène Marca ? Et qui peinait à s’adapter physiquement à la Liga ?

Mais l’ancien joueur de Tottenham, arrivé pour une quarantaine de millions d’euros, a largement remboursé le Real au fil des saisons par sa finesse technique et sa capacité à transpercer les lignes adverses.

– Démêlés –

Son caractère posé séduit aussi beaucoup en Espagne, où sa voix, étonnamment grave pour son gabarit, a du poids dans les médias. Comme lorsqu’il avait apporté son soutien à Zinédine Zidane, chahuté l’hiver dernier, avec un bon sens désarmant: « Ça me paraît fou, je ne peux pas croire qu’on remette en cause le +Mister+ après tout ce qu’il a obtenu avec cette équipe. »

L’opinion publique ne semble pas lui tenir rigueur de ses démêlés avec le fisc espagnol (accusé d’une fraude présumée de 900.000 euros, il a versé volontairement 1 M EUR au Trésor public) ou de ses problèmes judiciaires en Croatie, où il est accusé de faux témoignage.

Son image a été davantage ternie par les rumeurs d’un possible départ vers l’Inter Milan à l’intersaison. Mais Modric, qui s’est vu offrir une revalorisation salariale à Madrid selon la presse, assure être à son aise en Espagne.

« Je suis dans le meilleur club du monde, là où je veux être. Je ne suis pas seulement heureux mais très heureux d’être dans ce club. Je suis en paix et je veux continuer à travailler dur », a-t-il dit.

Cinquième du Ballon d’Or en 2017, il a désormais toute la machinerie médiatique du Real Madrid pour appuyer sa candidature.

Et sa visite à Elche mardi, pour l’entrée en lice de la Croatie en Ligue des nations, peut lui permettre de mesurer sa belle popularité en Espagne, face à ses meilleurs partisans.

4 min read

AFP – « On attendait ce moment-là, il a eu lieu et il restera gravé dans toutes nos mémoires », s’est félicité le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps après le succès 2-1 contre les Pays-Bas dimanche soir, pour le premier match en France depuis la victoire au Mondial-2018.

Q: La France a-t-elle connu la soirée parfaite ?

R: « Oui, de par le fait d’avoir gagné le match, déjà, et après comme on pouvait le penser c’était un grand moment de communion avec les gens qui étaient là, un moment de bonheur, de joie intense. On attendait ce moment-là, il a eu lieu et il restera gravé dans toutes nos mémoires. Émotionnellement, c’est quelque chose de très fort. On ne fera pas ça lors du prochain rassemblement, bien sûr, mais c’est un contexte fantastique et les joueurs ont besoin de cette ferveur, de cette passion qui nous a accompagnés avant, pendant et aussi après la Coupe du monde. »

Q: Peut-on dire que ça a été une victoire au mental et pourquoi avoir reconduit la même équipe que contre l’Allemagne ?

R: « Forcément, ce n’est pas évident de préparer un match comme ça, on en a eu un autre il y a trois jours et j’ai aligné le même onze. A partir du moment où aucun n’avait de souci pour débuter le match, humainement, du fait que c’était le premier match au Stade de France, je ne voyais pas pourquoi en changer un, deux, trois, quatre, pourquoi ceux-là et pas d’autres… Quant à la fin du match, même si on a fini à l’arraché, on aurait pu prendre l’avantage avant. On voit en tout cas que les joueurs ne sont pas encore au meilleur de leur forme, mais on a eu Kylian qui a marqué, Olivier aussi et ça faisait un moment qu’il courrait après ce but… C’est la soirée parfaite parce qu’on a gagné et qu’on a pu fêter l’esprit libre. Et dans notre compétition (la Ligue des nations, ndlr), on a quatre points, c’est un bon départ. »

Q: Est-ce que les ressources mentales d’Olivier Giroud vous étonnent ?

R: « il est comme ça, dans le combat. Il ne réussit pas tout, ce n’était pas évident non plus ce soir par rapport à l’intensité de ces Pays-Bas qui évoluaient avec un bloc très bas. Mais il ne serait pas arrivé où il est sans un gros mental et un gros caractère. Aujourd’hui il est à 32 buts, je l’ai dit avant le match: certes il n’a pas marqué à la Coupe du monde mais il était très important, et ce soir quand il a marqué, ceux qui étaient sur le terrain comme ceux qui étaient sur le banc se sont levés pour fêter le but, parce qu’ils savent ce que Giroud apporte à cette équipe. »

Q: Avez-vous trouvé les célébrations aussi belles qu’en 1998 ?

R: « Je ne vais pas comparer, c’est aussi fabuleux pour chaque période. C’était la folie, ce soir aussi c’était la folie, et c’est tout ça qui permet à la France d’avoir deux étoiles. C’est aussi un bonheur immense, j’ai pris de l’âge mais c’est toujours la même fierté parce qu’il n’y a rien de plus beau ».

2 min read

AFP – Le Portugal, privé de Cristiano Ronaldo, aura l’occasion de s’étalonner face à l’Italie, absente du récent Mondial, qu’il accueillera lundi à Lisbonne (20h45) pour le compte de la 2e journée (Ligue A) de la Ligue des nations.

L’absence de son attaquant vedette, laissé à la disposition de son nouveau club, la Juventus Turin, constitue évidemment un sérieux handicap pour la Selecçao, championne d’Europe en titre mais éliminée dès les huitièmes de finale du Mondial.

Mais en face, l’Italie, en pleine reconstruction, n’a pas convaincu pour ses débuts à domicile contre la Pologne (1-1), vendredi à Bologne. La Nazionale espère maintenant une réaction de ses attaquants Mario Balotelli et Lorenzo Insigne, transparents face aux Polonais.

Dans la Ligue B, la Suède, quart de finaliste du Mondial, partira favorite face à la Turquie à Solna (20h45).

Programme de lundi des matches de la Ligue des nations

Ligue A

2e journée/Groupe 3:

LISBONNE

(20h45) Portugal – Italie

Ligue B

2e journée/Groupe 2

SOLNA

(20h45) Suède – Turquie

Ligue C

2e journée/Groupe 1

GLASGOW

(20h45) Écosse – Albanie

2e journé/Groupe 4

BELGRADE

(20h45) Serbie – Roumanie

PODGORICA

(20h45) Monténégro – Lituanie

Ligue D

2e journée/Groupe 1

ANDORRE LA VIEILLE

(20h45) Andorre – Kazakhstan

2e journée/Groupe 3

PRISTINA

(20h45) Kosovo – Féroé

TA’QUALI

(20h45) Malte – Azerbaïdjan

2 min read

AFP – La France a couronné d’une victoire face aux Pays-Bas (2-1) son retour au pays après son sacre mondial, dimanche lors de la 2e journée de Ligue des nations. Victoire des Bleus sur les Pays-Bas avec notamment des buts d’Olivier Giroud et Kilian Mbappé, au Stade de France, le 9 septembre 2018.


Kylian Mbappé (14e) et Olivier Giroud (75e) ont marqué pour faire honneur au nouveau maillot deux étoiles des Bleus, au cours d’une soirée festive avec tifos, drapeaux et chants de joie.

Après leur nul en Allemagne (0-0), les hommes de Didier Deschamps prennent provisoirement la tête du groupe 1 de la Ligue A.

Egalement à la fête, le Danois Christian Eriksen: le joueur de Tottenham a réussi un doublé, ses 22e et 23e buts en sélection, pour mater le pays de Galles (2-0) à Aarhus.

Il s’agit de la première défaite du sélectionneur Ryan Giggs après sa prise de fonctions en janvier en match officiel.

Le Liechtenstein a lui aussi de quoi célébrer: la principauté de 37.000 habitants a regoûté à la victoire, contre Gibraltar (2-0), pour la première fois en compétition officielle depuis novembre 2014.*

La vidéo des buts : France 2 – Pays Bas 1

Les résultats des matches de dimanche

. Ligue A

2e journée/Groupe 1

SAINT-DENIS

France – Pays-Bas 2-1

. Ligue B

2e journée/Groupe 1

LVIV

Ukraine – Slovaquie 1-0

2e journée/Groupe 4

AARHUS

Danemark – Pays de Galles 2-0

. Ligue C

2e journée/Groupe 3

SOFIA

Bulgarie – Norvège 1-0

NICOSIE

Chypre – Slovénie 2-1

. Ligue D

2e journée/Groupe 1

TBILISI

Géorgie – Lettonie 1-0

2e journée/Groupe 4

SKOPJE

Macédoine – Arménie 2-0

VADUZ

Liechtenstein – Gibraltar 2-0